Share
recherche avancée

EX : membre, droit bancaire, statuts etc

Share

Congrès

Samedi 28 octobre

14h00 - 17h30 
DROIT DE L'IMMIGRATION ET NATIONALITEHôtel Westin Harbour Castle Toronto - Pier 9

Président : Rayan HOUDROUGE
Coordinateurs : Hervé LINDER, Clayton E. CARTWRIGHT JR
Orateurs : Mahfoud AIT ERRAMI, Huguette ANDRE-CORET, Nikolaos ARGYRIOU, Jacqueline Rose BART, Bruno BLANPAIN, Laura DEVINE, Rayan HOUDROUGE, Martin KAMAKO, Marc-Antoine MANCINI, Elisabeth ZAKHARIA SIOUFI, Clayton E. CARTWRIGHT JR

Le terrorisme comme arme anti-immigration et les droits des réfugiés dans le cadre de la justice transitionnelle                                                                                                                                                                                  

La présence, dans une région, de groupes terroristes est souvent un facteur d’incitation à la migration pour des populations civiles en quête de protection. Toutefois, de nombreux discours politiques mettent actuellement en évidence la migration en tant qu’élément moteur du terrorisme, ce qui conduit à aborder le phénomène migratoire sous le seul prisme sécuritaire. Dans ce contexte, l’objectif de notre session sera de débattre en particulier de l’impact des mesures anti-terroristes sur les personnes migrantes (et notamment les réfugiés), mais également des risques inhérents que peut comporter une politique migratoire restrictive sur la propagation du terrorisme.                                                                                                                                                                                                                                                                                        

En outre, notre session abordera également la question du processus de justice transitionnelle dont le rôle est notamment d’identifier les personnes responsables des atteintes aux droits de l’homme, d’apporter réparation aux victimes et d’encourager la réconciliation au niveau individuel et national. En effet, une grande partie de la société civile, directement concernée par des conflits armés, y est souvent favorable. Dans ce contexte, nous discuterons spécifiquement des relations parfois complexes qu’entretiennent la migration forcée et la justice transitionnelle, en particulier s’agissant du droit des personnes ayant fui leur pays de participer en tant que citoyen à sa reconstruction. Nous examinerons aussi les stratégies juridiques permettant une reconnaissance du déplacement forcé des populations et d’établir un lien entre le droit des victimes à la compensation et le droit des réfugiés à retourner dans leur pays en toute sécurité.

Haut de page